Saturday, October 15, 2005

|ANIMAL GOD OF THE STREETS|



"Phil Spector may kill people but I still make new recordings."

Kim Fowley

“Kim Fowley is bullshit, but it’s a better class of bullshit!”

Iggy Pop

Kim Fowley est un shaman, un vampire de studio d'enregistrement. Il a travaillé avec Frank Zappa, Sonic Youth, The Byrds, The Seeds ou Nirvana, a lancé les Runaways de Joan Jett, a produit - entre autres - Soft Machine, les Modern Lovers et la bande originale de Ciao Manhattan. Fowley s'est frotté à tout, du rock'n'roll aux expérimentations électroniques, du folk au hip hop, saupoudrant le tout de sexe, de drogues et de folie furieuse.
On lui doit également quelques chef-d'oeuvres solos méconnus. L'électrique Outrageous, sublime bordel où Kim invoque les esprits de Screamin Jay Hawkins et de Muddy Waters, s'époumonant sur un blues punk, borderline au dernier degré. Du fin fond de son asile, Fowley vous prévient: il est le Diable, le Roi Des Ordures, "l'Homme Animal". “I’m a love addict… Public enemy number one, I’m gonna butcher all the girls on my loving room floor.” Dans Wildfire, il nous raconte l'histoire d’un quartier brûlant inexplicablement, trame prétexte à un dialogue déjanté entre le pyromane et un pompier.

- What bothers you about everything?
- Reality!
- What bothers you about reality?
- Everything!


Kim Fowley s'est également fendu d'un album glam, un Transformer schizophrénique où il endosse à la fois les rôles de Lou Reed et Bowie. Les morceaux s'enchaînent, confondant rythmiques enjoués et constats désespérants: "We’re just wasting time, wondering what we’ll find when it’s all over". Il faut également citer Animal God Of The Streets et Living In The Streets, collections de perles garage qui renvoient définitivement les groupes de revival dans leurs petites banlieues pavillonnaires.

1 comment:

Absente said...

hhhmmmm (note sur Kim Fowley qui parle de Phil Spector et qui est complimenté par Iggy, c'est tout ce que j'aime)